• Présentation

Dans le cadre du projet européen FP6 CARBOOCEAN (2005-2009), le navire Monte Olivia, de la compagnie maritime Hamburg Süd, a été équipé d’un système autonome pour la mesure en continu de la fugacité de CO2 (fCO2) dans l’océan et dans l’atmosphère en 2008. Le navire a changé de route fin 2009 et le système a dû être démonté pour être installé sur un autre navire afin d’échantillonner la même route. Depuis 2008, 4 navires ont été impliqués dans ce suivi de fCO2 (tableau ci-dessous).

Navire

  Dates d’activité

 Monte Olivia

Juillet 2008- avril 2009

 Rio Blanco

Décembre 2009-Juillet 2011

 Santa Cruz

Mai 2012-février 2014

 Cap San Lorenzo

Août 2014-présent

 

Ces navires ont été choisis car ils font partie de l’observatoire salinité de surface (observatoire SSS, http://www.obs-mip.fr/services-observation/soa/SSS) et sont équipés d’un thermosalinographe ce qui permet d’obtenir des mesures de température et salinité de surface simultanément aux mesures de CO2.

Ces navires transportent des conteneurs de l’Europe vers l’Amérique du Sud et sont gérés par la compagnie maritime Hamburg Süd. Les mesures de fCO2 sont effectuées entre Le Havre et Santos, au Brésil.

En 2017, Hamburg Süd a été rachetée par Maersk mais, pour l’instant, les observations se poursuivent sur le Cap San Lorenzo.

Les mesures de CO2 ont été maintenues dans les projets européens CARBOCEAN et FP7 CARBOCHANGE (2011-2015), H2020 ATLANTOS (2015-2020). En 2010 ces observations CO2 ont été labellisées par l’INSU comme extension CO2 à l’observatoire SSS. L’observatoire SSS incluant sa composante CO2 a obtenu le label IRD Sud depuis 2015. La ligne France-Brésil a été soumise comme station à l’Ocean Thematic Centre de l’infrastructure de recherche Européenne ICOS (Integrated Carbon Observation System, http://www.icos-ri.eu).

De 2008 à 2017, plus de 70 voyages pour le suivi du CO2 ont été réalisés sur la ligne France-Brésil.

    • Instrumentation

La mesure de la fugacité de CO2 dans l’océan de surface et dans l’atmosphère s’effectue par un système autonome avec un analyseur infrarouge Licor 6262 (ligne France-Guyane) ou Licor 7000 (ligne France-Brésil). Le système a été décrit en détail par D. Pierrot et al. (2009). Il est composé de 3 boites : une boite humide, une boite sèche et une boite atmosphérique.

La boite atmosphérique contient le GPS, le capteur de pression atmosphérique et est installée sur le pont supérieur du navire.

La boite humide contient l'équilibrateur, les filtres, le circuit de séchage et le capteur de température de l'équilibrateur:

armoire humide
 
La boite sèche contient l'analyseur infrarouge (Licor 7000) et l'électronique du système:
armoire seche

Les boites sèches et humides sont installées près du thermosalinographe dans la salle des machines du navire. L'eau de mer arrive dans la boite humide et est évacuée vers la mer après circulation dans le système. Des flotteurs contrôlent le niveau d'eau dans le bac situé sous la boite humide afin de déterminer quand la pompe (en bleu sur la photo) doit être activée pour effectuer l'évacuation de l'eau.

installation
  • Publications

 

  • Données

Les données sont transmises à la base internationale SOCAT (Surface Ocean CO2 Atlas, www.socat.info).

Enregistrer

Enregistrer